8 Remèdes naturels pour le soulagement saisonnier des allergies

pollen

Oh, allergies saisonnières. Elles peuvent vraiment rendre la vie misérable. La bonne nouvelle, c’est qu’il y a des choses que nous pouvons faire ! Beaucoup de gens souffrent inutilement d’allergies saisonnières alors que quelques remèdes naturels simples peuvent offrir beaucoup de soulagement contre les allergies.

Remèdes naturels contre les allergies saisonnières

Des études estiment que plus de 25 % de la population souffre de troubles allergiques et les théories sur le changement climatique suggèrent que le problème s’aggrave. Les allergènes les plus courants sont le pollen de l’herbe et des arbres, les particules fécales des acariens, les squames animales, certains aliments, la pollution atmosphérique, les ingrédients des produits de beauté ou même les piqûres d’insectes.

À l’approche de la saison des allergies, je souhaite vous partager les remèdes naturels que j’utilise. Ces méthodes ne seront pas aussi efficaces immédiatement qu’un médicament, mais à long terme, ces méthodes ont considérablement réduit mes allergies saisonnières.

Qu’est-ce qui cause les allergies saisonnières ?

L’alimentation, une bonne santé intestinale et la santé en général peuvent faire une grande différence lorsqu’il s’agit d’allergies saisonnières parce que la réponse allergique a tout à voir avec le système immunitaire.

J’aime décrire le corps comme une baignoire. Chaque fois que quelque chose entre dans notre corps – que ce soit de la nourriture, de l’eau, de l’air, etc. C’est une bonne façon pour la nature de maintenir l’équilibre de l’organisme (homéostasie).

À un moment donné, si une trop grande quantité va dans la baignoire, elle va déborder. Surchargé et surstimulé, le système immunitaire réagit à des substances normalement inoffensives comme contre un envahisseur étranger nocif.

Les scientifiques ont beaucoup appris sur les allergies depuis que Clemens von Pirquet a inventé ce terme.

Définis comme une  » réponse immunitaire adaptative anormale « , les troubles allergiques surviennent lorsque l’organisme réagit à une substance habituellement inoffensive avec une augmentation des IgE fixées aux mastocytes dans le corps et aux cellules auxiliaires de type 1 T (Th1). Des réactions telles que la constriction des bronches, la sécrétion de mucus et une perméabilité vasculaire accrue peuvent survenir en quelques minutes.

Si l’exposition dépasse la première réponse immunitaire de l’organisme, cette réaction déclenche l’activation des leucocytes et des cellules auxiliaires de type 2 T (Th2). Il s’agit d’une réponse immunitaire plus forte que le corps monte à des choses comme les parasites et les envahisseurs physiques. Cela se manifeste de différentes façons selon la génétique de la personne et l’endroit où le corps perçoit l’invasion. Les symptômes peuvent inclure :

  • Fatigue (parfois extrême),
  • Rhume des foins (écoulement nasal, démangeaisons oculaires, congestion),
  • Écoulement nasal,
  • Troubles digestifs et nausées,
  • Eczéma,
  • Asthme,
  • Même l’anaphylaxie.

Quand les allergies deviennent chroniques

En cas d’exposition répétée, la réponse inflammatoire devient chronique. Un article paru dans un journal en 2008 sur le développement de l’inflammation allergique explique cette réponse allergique systémique comme suit :

Inflammation persistante induite par une exposition prolongée ou répétée à des allergènes spécifiques, généralement caractérisée non seulement par la présence d’un grand nombre de cellules immunitaires innées et adaptatives (sous forme de leucocytes) au site affecté, mais aussi par des modifications importantes de la matrice extracellulaire et des altérations du nombre, du phénotype et du fonctionnement des cellules structurelles des tissus affectés.

En d’autres termes, la misère que ressentent les personnes allergiques est bien réelle et plus qu’un cas de reniflements !

Les tests d’allergie peuvent être utiles pour déterminer les déclencheurs, mais le traitement typique consiste habituellement à prendre régulièrement un antihistaminique ou un corticoïde qui peut avoir des effets secondaires indésirables. Il y a deux façons principales d’aider à stopper les allergies de façon naturelle :

  • Limiter l’exposition aux allergènes possibles (comme en mettre moins dans la baignoire)
  • Favoriser un système immunitaire fort et en santé (comme l’augmentation de la taille de notre baignoire)

Comment traiter les allergies saisonnières et obtenir un soulagement naturel ?

Nous ne souffrons plus beaucoup d’allergies après le régime GAPS, mais il m’arrive encore de temps en temps d’être frappée par une allergie à la poussière après le nettoyage (une raison de ne pas nettoyer ? je pense oui !).

Ces remèdes naturels simples ont été très efficaces pour soulager les allergies dans notre famille. Différentes personnes semblent bénéficier de différents remèdes en fonction de certains facteurs génétiques et des allergènes auxquels vous réagissez, il peut donc être utile d’essayer plus d’un d’entre eux pour voir lequel vous convient le mieux.

Je commencerai par des suggestions simples et travaillerai à trouver des solutions à des problèmes d’allergie plus graves.

1. Vinaigre de cidre de pomme

Le vinaigre de cidre de pomme est un remède vieux comme le monde qui est souvent recommandé pour divers problèmes de santé. Je l’ai personnellement utilisé pour soulager les allergies (et les brûlures d’estomac) avec beaucoup de succès. La théorie est que sa capacité à réduire la production de mucus et à nettoyer le système lymphatique le rend utile pour les allergies. On dit aussi qu’il aide à la digestion, la perte de poids, et plus encore, il vaut la peine d’essayer !

Ce que j’ai fait : Quand les allergies ont frappé, j’ai mélangé une cuillère à café de vinaigre de cidre de pomme biologique non filtré avec un verre d’eau et j’en ai bu trois fois par jour.

Le vinaigre de cidre de pomme m’a aidé à soulager les symptômes aigus d’allergie et semblait aider à éviter les crises d’allergie lorsque je le fais quotidiennement, donc si vous souffrez d’allergies à un certain moment de l’année, commencez bien avant.

2. Se laver les narines

Ce remède agit en empêchant l’allergène incriminé (ou au moins une quantité équivalente) de pénétrer dans vos voies respiratoires.

Pot à Neti

Chose choquante, le Pot Neti est un remède naturel que je n’ai pas personnellement essayé parce que je suis un gros chat qui a peur de me verser des choses dans le nez. J’ai des amis qui ne jurent que par elle et de nombreux experts de la santé en vantent les mérites. La théorie de base est que vous utilisez un Pot Neti rempli d’une solution saline stérile pour évacuer les sinus des allergènes et des irritations.

Étonnamment, j’ai entendu cette recommandation des médecins conventionnels et alternatifs, et il semble qu’elle n’ait pas vraiment d’inconvénient. Il est recommandé d’utiliser de l’eau préalablement bouillie ou distillée, et non de l’eau directement du robinet (parce que, parasites… Je n’aime pas vraiment y penser !)

Utilisation : Utilisez un rinçage salin pré-préparé ou faites-en un vous-même en dissolvant 1 cuillère à café d’Himalaya ou simplement du sel de mer dans un litre d’eau distillée à ébullition. Laisser refroidir complètement. Mettez le Pot Neti et versez dans une narine et laissez-le s’écouler de l’autre narine.

Spray salin

J’aime ce spray salin naturel au xylitol pour aider à apaiser l’inflammation et à ouvrir les voies respiratoires. Nous l’utilisons aussi pour l’un de nos enfants qui a de grosses amygdales afin d’aider à éloigner les sécrétions nasales et les maux de gorge post-nasales.

A utiliser : Vaporisez du sérum physiologique dans les narines quelques fois par semaine ou même quotidiennement pour un entretien de routine (que vous ayez ou non des symptômes).

3. Quercétine

La quercétine est un bioflavonoïde naturel qui aide à stabiliser les mastocytes pour les empêcher de libérer de l’histamine. C’est aussi un antioxydant puissant qui est censé aider à réduire l’inflammation. Il est préférable de l’utiliser comme remède à long terme et de nombreuses personnes commencent à le prendre environ 4-6 semaines avant la saison des allergies pour aider à prévenir les symptômes d’allergie.

Comme pour toute herbe, vous devriez consulter votre médecin avant de l’utiliser, surtout si vous avez un problème de foie, si vous êtes enceinte ou si vous prenez des contraceptifs hormonaux.

Utilisation : Bien que la quercétine se trouve naturellement dans les aliments comme les agrumes et le brocoli, il est très difficile d’obtenir la quantité nécessaire pour revivre les allergies uniquement à partir des aliments. Une dose supplémentaire provenant d’une source de qualité peut être utile pour prévenir les allergies ou soulager les symptômes aigus. Commencez 4 à 6 semaines avant la saison des allergies pour de meilleurs résultats.

4. Feuille d’ortie

La feuille d’ortie est un autre antihistaminique naturel qui peut être très efficace car elle bloque naturellement la capacité du corps à produire de l’histamine. Elle pousse dans de nombreux endroits et peut être préparée dans une teinture ou un thé, mais pour soulager les allergies, les capsules faites de feuilles d’orties séchées sont l’option la plus facile et la plus efficace.

La feuille d’ortie peut également être utilisée en combinaison avec d’autres herbes pour faire une tisane apaisante pour soulager les allergies. Il est souvent mélangé avec des feuilles de menthe poivrée et parfois des feuilles de framboise rouge pour faire un thé rafraîchissant qui soulage les allergies.

Ce que je fais : J’inclus souvent de l’ortie dans une tisane maison pendant la saison des allergies et j’utilise des capsules pour soulager les symptômes aigus des allergies.

5. Probiotiques

Les allergies sont le résultat d’un déséquilibre du système immunitaire qui fait que le corps réagit trop fortement à un stimulus. De nombreuses études établissent un lien entre la présence de bactéries bénéfiques dans l’intestin et la réduction de l’incidence des allergies.

On constate même que les bactéries intestinales de la mère pendant la grossesse et l’allaitement peuvent avoir un impact sur la probabilité qu’un enfant devienne allergique tout au long de sa vie, tout comme l’exposition à des environnements trop stériles.

Bien que nous ne puissions pas faire grand-chose pour l’alimentation de nos mères pendant leur grossesse, le fait d’équilibrer les bactéries intestinales maintenant et de consommer suffisamment de bactéries bénéfiques peut avoir un effet positif sur les allergies maintenant.

Ce que je fais : Je m’assure que nous consommons une alimentation variée qui comprend beaucoup d’aliments fermentés et de boissons qui peuvent aider à stimuler les bactéries intestinales. Nous prenons également une capsule probiotique de haute qualité.

6. Miel local

Il n’y a pas beaucoup de preuves scientifiques à l’appui de celle-ci, mais il semble y avoir beaucoup de preuves anecdotiques de la part de gens qui l’ont essayée. (Même Mark Sisson s’est exprimé sur le sujet ici). La théorie est que la consommation de miel local de l’endroit où vous vivez aidera votre corps à s’adapter aux allergènes de l’environnement. C’est censé fonctionner comme une « piqûre » d’allergie naturelle et ne semble pas avoir d’inconvénient.

Ce que je fais : Consommez une cuillère à café ou plus de miel local cru, non traité, provenant d’aussi près que possible de l’endroit où vous vivez réellement. Faites-le une ou plusieurs fois par jour pour aider à soulager les symptômes. Il est souvent suggéré de commencer un mois environ avant la saison des allergies.

7. Aliments anti-inflammatoires

Les aliments, les thés et les épices ayant des effets anti-inflammatoires connus peuvent jouer un rôle dans la réduction des symptômes allergiques désagréables. Une étude publiée en 2016 dans le Journal of Nutritional Biochemistry a révélé que l’administration orale de gingembre à des souris réduisait les éternuements et la congestion ainsi que la réponse des mastocytes. Le thé vert a des effets similaires.

Ce que je fais : Servez beaucoup d’herbes et d’épices avec les repas, ainsi que des tisanes vertes et à base de plantes. Combinez également trois de ces conseils en un en faisant cette boisson Ginger Switchel.

8. Changements dans l’alimentation

Si tout le reste échoue, les changements alimentaires peuvent parfois être la réponse aux problèmes d’allergie. Beaucoup de bouillon de cicatrisation et un régime d’élimination sont de bons points de départ.

Après notre expérience, j’encouragerais certainement cette option, en particulier pour les allergies graves ou celles qui ont besoin d’une guérison/rééquilibrage intestinal.

Ce qu’on a fait : Nous avons suivi le régime GAPS pendant plusieurs mois et nous avons réussi à améliorer nos allergies saisonnières et même à guérir certaines allergies alimentaires assez graves chez un de nos enfants.

Comment se régaler avec des aliments sains et bons pour notre santé ?

courgettes

Galettes de sarrasin

Ces Galettes de sarrasin sous Formes de crêpes ont tout pour plaire, elles sont composées de farine de blé noire qui a un index glycémique bas, et elles se marient aussi bien avec une garniture salée ou sucrée.

En plat principal avec du thon, des œufs, jambon, viande des grisons ou bien en dessert avec du sucre (pure via ou sucralose), du miel, sirop d’agave, beurre d’amande, purée de noisettes, à vous de variez les plaisirs. Si vous aimiez démesurément les crêpes blanches basiques avant de faire attention à votre alimentation, ces galettes de sarrasin devraient quelque peu calmer vos ardeurs.

D’autres recettes de galettes

Marre des pâtes et du riz ? Variez avec ces galettes au curry et à la courgette, où épinards pignons composées de céréales complètes. Rassurez-vous si les légumes ne sont pas votre fort, on ne les sens pratiquement pas dans les galettes. Prêtes en 2 minutes au grill pain ou au microondes, poêle, ces galettes sont une excellente alternative pour ne pas se lasser des féculents habituels. Disponibles en boutique bio.

Les goûts sans trop de mauvaises graisses a privilégiés : épinard, pignon/Brebis, chèvre / courgettes / curry.

Une pincée de sucre dans son café, 5 dans le yaourt, et parfois plus pour d’autres aliments et gâteaux qui n’en ont pas forcément besoin, mais cela nous soulage tellement de ce monde impitoyable. En plus de se loger sur votre bas ventre, le sucre de table joue un rôle prépondérant à haute dose dans l’apparition de diabète, hypertension, surpoids, faible taux de bon cholestérol. Comme nous le consommons aussi sous d’autres formes, sodas, aliments industriels, préférez-lui le sucre stevia, qui a un gout sucrant 100 à 300 fois supérieur à celui du sucre et ne contient aucune calorie.

Le sucre de table de base ne fait donc pas bon ménage avec la ligne, ni avec la santé à long terme. Le sucre stevia ,plante cultivée au Paraguay a l’origine par les indiens, est donc une bonne alternative et n’élèvera pas votre diabète ni votre taux de glucose dans le sang ce qui en fait un édulcorant compatible avec les régimes pour diabétiques et les régimes hypoglycémiques. Sous ses airs de sucre naturel nous nous doutons bien que c’est un poil chimique, tous les aliments transformés le sont forcément un peu, mais cela sera de toute façon mieux que du vrai sucre pour les mêmes doses. Le sucre stevia reste la meilleure alternative pour remplacer le sucre, et reste l’édulcorant le plus sûr et ne représente aucun danger, contrairement au sucralose qui en plus de contenir des calories serait potentiellement cancérigène d’après une étude indépendante.

Des barres de céréales tout ce qui il y a de plus basique, avec ici les trois parfums, que vous pouvez consommer avec plaisir sans remord, le reste des parfums de la gamme contenant trop de sucre ou de graisses saturées. On se concentrera donc sur ces barres (2 ou 3 barres par jour) toujours dans notre quêté du plaisir du palet, mêlé à la disparition des poignées d’amour. Bon ok, je conçois, ce n’est pas le genre de barre chocolatée à vous faire détruire la vitre du distributeur à la pause le midi, mais ça calmera vos envies de sucrées et par-dessus le marché c’est bon. Ces aliments ne sont pas une très bonne source de glucide, ce sont des sucres simples avec un index glycémique élevé, ce qui n’est pas terrible pour votre ligne. Néanmoins, il faut savoir relativiser et 2 ou 3 barres par jour ne vous sera pas préjudiciable.

Les probiotiques contre la dépendance au sucre

probiotiques

Manger des aliments sources de bonnes bactéries s’avère rapidement être la meilleure façon de préserver votre santé et de maintenir un poids stable.  En plus de favoriser la santé digestive, les probiotiques s’avèrent également efficaces pour freiner les envies de sucre qui brisent le régime alimentaire.

Les probiotiques sont les organismes microscopiques qui défendent et protègent contre plus de 170 maladies et problèmes de santé. La plupart des gens pensent que le système digestif est un endroit où la nourriture est décomposée et où les nutriments sont envoyés dans tout le corps.  Cependant, peu de gens savent que le système digestif est étroitement lié au système immunitaire. En réalité, votre système digestif est responsable à près de 80 % de votre système immunitaire. Quasiment toutes les fonctions immunitaires commencent dans l’estomac et les intestins. Comme la libération d’hormones qui freinent le besoin de sucre.

Les probiotiques se développent dans un système digestif sain

Il y a environ 100 milliards de bactéries dans le système digestif.  Les nutritionnistes et les médecins recommandent que 85 % de ces bactéries soient des probiotiques, ou de bonnes bactéries.  Les probiotiques procurent de nombreux bienfaits pour la santé. En plus de favoriser une bonne digestion, les probiotiques ont démontré leur capacité à réduire les symptômes de la colite, du Syndrome du Côlon Irritable (SCI), de l’acné et des infections.  Les probiotiques soulagent également les envies de sucre, ce qui permet de stabiliser le taux de sucre dans le sang et de perdre du poids.

Les probiotiques, en particulier les Lactobacilles et les Bifidobactéries comme L.Acidophilus, L.Bifidus, L.Plantarum, B. Lactis se développent dans un système digestif sain. Parmi les nombreuses façons dont ces probiotiques favorisent la santé, mentionnons la réduction des envies de sucre et de sucreries.  Bien que les chercheurs poursuivent leurs recherches sur la façon dont les probiotiques réduisent l’appétit pour le sucre, ils émettent l’hypothèse qu’il est étroitement lié au besoin des bactéries de se nourrir de prébiotiques.

Les prébiotiques sont des glucides qui servent d’aliments pour les probiotiques. Les probiotiques vivant dans le système digestif se nourrissent d’hydrates de carbone, qui sont constitués de sucre.  Les bactéries nocives se nourrissent également de sucres. Cependant, lorsque les probiotiques sont maintenus à une ration de 9:1, ils sont nettement plus nombreux que les bactéries potentiellement nocives.

Comme les probiotiques se nourrissent des sucres provenant des glucides et des prébiotiques, ils consomment essentiellement l’excès de sucre de l’organisme, stabilisant la glycémie et minimisant les  » hauts  » et les  » bas  » qui entraînent des sautes d’humeur, une perte d’énergie et une prise de poids.

Malheureusement, les personnes vivant dans les pays civilisés sont plus souvent confrontées à des problèmes de santé directement liés à un manque de probiotiques dans leur système digestif.  Ce manque de probiotiques est directement lié à notre alimentation et résulte d’un excès de :

  • Sucre
  • Édulcorants artificiels
  • Aliments transformés
  • Eau chlorée
  • Pollution
  • Produits chimiques et pesticides agricoles

Les suppléments probiotiques freinent les envies de sucre

La recherche conclut maintenant que la consommation quotidienne de suppléments probiotiques a une influence plus positive sur votre santé qu’une multivitamine quotidienne. De plus, des études concluent également que l’utilisation d’un supplément probiotique entraîne une perte de poids plus importante par rapport aux personnes qui n’en consomment pas.

La perte de poids associée à une cure de probiotiques est le résultat direct de la capacité des probiotiques à diminuer les envies de sucre.  La diminution du sucre prive essentiellement les bactéries nocives et les parasites de l’énergie qui leur permet de se développer.

Les suppléments probiotiques fournissent entre 10 et 250 milliards d’unités de culture vivantes de bactéries utiles par portion. La prise de probiotiques a démontré une diminution significative des envies de sucre en seulement quatre jours, ce qui tue les micro-organismes nuisibles et vous fournit une énergie.

De fortes envies de sucre peuvent être le signe d’une carence en probiotiques. Pour remédier à cette carence, complétez votre alimentation avec un supplément probiotique de haute qualité.